Accueil Expatriation Charlottesville ou lorsque je remets en question mon expatriation

Charlottesville ou lorsque je remets en question mon expatriation

écrit par Sarah 23 août 2017
Charlottesville ou lorsque je remets en question mon expatriation

Oh bordel, ça parle politique sur le blog. Oui je sais en général, j’évite mais parfois il faut prendre le taureau par les cornes, ne serait-ce que pour signaler qu’on voit, qu’on entend et qu’on est là. Sans rentrer dans des détails complètement inutiles, ce que je voulais faire dans cet article, c’était surtout prendre la température au niveau des expats.

C’est un secret pour personne (si seulement), mais depuis que Donald Trump est président des USA, c’est un peu devenu un feuilleton dramatico-comique cette histoire. Entre la partie de chaises musicales qui se joue à la Maison Blanche, ses crises d’insomnies donnant lieu à des tweets historiques, son narcissisme fou et sa vision tordue de la réalité, on est plus très loin du slogan du livre « 1984 » : War is peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength.

Vu de loin, ça fait rire, vu de près aussi cela dit, mais je pense que pour beaucoup d’américains et de résidents, la semaine dernière a été une sacrée douche froide. Comme ils disent ici : the shit just hit the fan (littéralement la merde vient de frapper le ventilateur). Bon, ça fait quand même un sacré moment qu’on en sent l’odeur mais peut-être qu’on s’y était habitué à celle-ci.

Avant de donner mon avis en tant qu’expatriée, pour tous les vacanciers du mois d’août qui commencent doucement à remettre les pieds sur terre et pour les autres qui ont raté le memo, un petit mot sur les événements.

Pourquoi Charlottesville ? Déjà, c’est où ce bled ? Et c’est qui la statue ?

Charlottesville, c’est une petite ville de Virginie comptant près de 50 000 habitants. En février dernier, après avoir reçu une pétition de la part d’un lycée de la ville en 2016, le conseil de la ville a voté le retrait de la statue de Robert E Lee, un «  » »héro » » » (si je pouvais mettre encore plus de guillemets sans que tu ne penses que je me suis endormie sur mon clavier, je l’aurais fait) de la guerre de Sécession (1861-1865), cette fameuse Civil War pendant laquelle les États-Unis et les états confédérés du Sud s’affrontent et dont la cause retenue est l’abolition de l’esclavage. Robert E. Lee fut l’un des généraux en charge de la rébellion du Sud contre le Nord dans l’état de Virginie. Pour la leçon d’histoire, je te conseille cet article du Smithsonian, qui explique un peu la controverse du personnage. Depuis 1884, sa statue a été érigée à plusieurs endroits du Sud des US dont Charlottesville en 1924.

Pour comprendre pourquoi une statue peut tant offenser, il faut savoir que la plupart des monuments honorant la défunte Confédération du Sud ont été érigés soit après la défaite du Sud, soit après l’abolition des lois ségrégationnistes Jim Crow. Pour beaucoup d’Afro-Américains (et d’américains en général), ils représentent donc l’opposition à l’abolition de l’esclavage et le désir d’instaurer la peur. Comment tu réagirais si la ville dans laquelle tu vis décide d’ériger une statue de 5 mètres dans un parc, visible à chaque coin des rues de la ville en hommage à l’une des figures de proue qui te voulaient encore en esclavage?

Robert E Lee Charlottesville

crédit photo : Wikipedia

En mars 2017, un groupe d’individus poursuit le conseil de ville en justice, ce qui pousse un juge à suspendre le projet de retrait de la statue de Robert E. Lee pendant au moins 6 mois. En mai 2017, une première manifestation y a lieu au cours de laquelle 50 membres du Ku Klux Klan se présentent avec des torches mais également plus de 1000 opposants aux KKK donc aucune violence n’a été à décrier. En juillet dernier, le parc dans lequel se trouve le monument est renommé Emancipation Park au lieu de Robert E. Lee Park.

Le 11 août, l’événement « Unite the Right » est supposé rassembler à Charlottesville un plus gros groupe de personnes d’extrême-droite s’opposant au retrait de la statue en tant que symbole mais surtout une opposition aux retraits des monuments honorant certains acteurs des Etats confédérés, qui ont lieux intensément depuis 2015 (année de la fusillade de Charleston). Il y a du beau monde : des néo-nazis, des néo-confédérateurs, le KKK, l’alt-right… en tout 18 groupes de néo-cons.

Pour le reste de ce qu’il s’est passé pendant le weekend, je préfère laisser les pros du journalisme faire leur très bon boulot. Je t’invite donc à regarder cet épisode de VICE pour te faire une idée.

Si le reportage ne dit pas tout, il t’en dit suffisemment, n’en déplaise à ceux qui préfère minimiser le nombre de personnes, leurs objectifs et ce qu’il s’est passé.

I’m looking at you Trump

Ce qui nous emmène à la réaction de Trump, le président des Etats-Unis sur le sujet. Sa réaction est divisible en trois parties:

  • Sa réaction initiale (qui avec le recul est son véritable avis) dans laquelle il rejette la faute sur les deux « camps ».
  • Ce qu’on a forcé à lui faire dire via prompteur deux jours plus tard (on dirait un texte lu par quelqu’un pris en otage vraiment)
  • Sa conférence de presse absolument désastreuse pendant laquelle il devient clair que ce qu’il a dit deux jours plus tôt était carrément forcé.

Donc voilà le désastre Charlottesville, c’est tout cela.

En tant qu’expatrié, comment le vit-on ?

En étant sur place et depuis l’élection de Trump, je dois avouer que mentalement, c’est pas facile tous les jours de comprendre comment les gens ont pu se faire tant avoir. J’ai aussi posé la question à d’autres expats français.

Je me sens témoin complètement passive et impuissante. Je les vois délirer depuis le début dans leurs rassemblements avec cette histoire de mur, avec leur « muslim ban« , leur volonté d’un retour à une Amérique qui était grande et forte. Make America Great Again (phrase volée à Romney si je peux me permettre) ou cette nostalgie d’un monde parfait que personne n’a jamais connu. Une utopie qui a enjambée le présent pour se caler directement dans le passé.

Sans parler de son programme vague pendant la campagne, c’est plutôt son caractère qui aurait dû alarmer les gens. Il a dit des choses sur les Afro-américains, il a été poursuivi en justice pour discrimination et s’est bien arrangé pour régler l’affaire avant de prêter serment, il a accusé le précédent président Barack Obama de ne pas être un vrai américain en disant que son certificat de naissance est faux, il a dit des choses sur les Mexicains, sur les femmes, sur les journalistes, les scientifiques, sur les personnes fortes, sur tout le monde ou presque. Pour ceux qui n’on pas vu mon immense photo sur la page d’accueil, je suis noire. Mais avant tout, je suis humaine et je considère que ça devrait pas être compliqué de voir quand une personne perd complètement les pédales, ce qui est le cas depuis qu’il s’est lancé en politique (d’autres diront qu’il a toujours été comme ca, et ils n’auront pas tord). Je n’ai pas besoin d’être gay ou une femme ou mexicaine pour savoir que ce qu’il dit est affligeant.

Certains ont réussi à mettre des œillères pendant longtemps pour se concentrer sur ce qui les arrangeaient et ne pas voir à quel genre de personnes il donnait aussi la parole. Jean L. qui habite New York depuis 1990 l’a aussi remarqué: « Personnellement, je ne suis pas surpris. Il était clair pendant la campagne que Trump était non seulement le candidat préféré des nazillons américains, mais son langage montrait bien qu’il ne les répudiait même pas du bout des lèvres. Il est non moins certain que son élection a permis à ces gens de se croire tout permis. Toutefois, ils ont toujours existé, en particulier dans le vieux sud« 

Charlottesville Protests

crédit photo: nbcnews.com

Du coup, on fait quoi ? On rentre ? On a une porte de sortie n’est-ce pas? Pour Séverine P. et la plupart des ressortissants français avec lesquels j’ai discuté, la réponse à « remettez-vous en question votre expatriation? » est souvent à la même: « Non pas vraiment […] mais je me pose sérieusement des questions sur notre avenir. Je refuse de me laisser intimidée tout en réfléchissant a une possible porte de sortie« .

Avec Mr. Mine la question s’est posée puis une décision s’est prise : s’il re-passe en 2020, c’est les valises. Lorsque Séverine ajoute : « J’ai un profond dégoût et un nœud au ventre en permanence. À chaque fois que je me dis qu’on ne peut pas tomber plus bas, on descent encore d’un cran.« , je suis entièrement d’accord. Déjà (ces 8 derniers mois) 4 ans, c’est long, mais 8 ans ?? Non pas possible. Pas possible non plus d’élever mes enfants futurs dans un environnement dans lequel leur président est incapable de prendre leur défense si cela veut dire se mettre dos une partie de l’électorat à l’idéologie dégueulasse qui a aidé à le faire élire. Un président narcissique qui insulte et lâche indirectement un déferlement d’internautes (ou robots hein, on ne sait plus) contre quiconque remet en cause sa vision complètement tordue de la réalité. Stephanie le dit très bien: « Après, des néo-nazis qui se rassemblent, ça ne me choque pas plus que ça dans le sens où je sais qu’ils existent et qu’ils existeront toujours, faut pas rêver et il y a longtemps que je ne me fais plus d’illusion sur l’Homme ; maintenant, ce qui me catastrophe surtout, c’est de voir que Trump est clairement « complice », qu’il ne peut pas sortir UN SEUL MOT intelligent (quel que soit le sujet), qu’il est manifestement passé du côté obscur de la force et que ça lui arrache visiblement la gueule de dire que les néo-nazis et leurs copains sont des abrutis dont les idées n’intéressent personne. Ses déclarations de grand malade mental, ses silences et sa politique ne visent qu’à enlever leurs droits aux plus faibles, aux malades, aux femmes, aux « différents », aux homosexuels, etc.« 

Charlottesville Racist Nazis

Comme ils sont cons
crédit photo: Vox

Chez les expats et les naturalisés, il y a une lucidité sur le fait que le phénomène n’est pas nouveau et que quand bien même Obama fut président, le racisme est toujours bien là. Catherine L., aux USA depuis 17 ans, illustre le phénomène parfaitement : « L’Amérique s’était dite « post-racial » avec Obama (on avait élu un président noir, donc on n’était plus raciste, n’est-ce pas?). […] Je vois le Trumpisme comme un genre de fluide révélateur (comme pour la photographie). Tout à coup, on est plongé dans un bain trumpiste qui donne envie aux racistes de tous poils de « s’exprimer ». Et on s’en donne à cœur joie! Du coup, on se rend compte qu’il y a un gros problème ici… » Mais c’est bien la position de Trump qui est inédite, comme le souligne Olivier F. : « Pour la toute première fois depuis toujours, on a assisté à la declaration d’un président qui non seulement ne les condamne pas ouvertement, mais en plus qui semble les soutenir… » même si pour lui aucune raison de s’inquiéter et d’envisager un retour: « Nous avons la chance d’être en Californie, l’état le plus progressiste des USA et peut être même du monde. Pourquoi rentrer?« 

Pour certains, comme Cyril C., après 16 ans, l’élection a été décisive et le départ des US est prévu pour dans moins de 15 jours : « Moi j’ai décidé de rentrer en France le jour où Trump a été élu ! Son élection signalait un message clair […] Pendant les 4 prochaines années, Mr Trump allait tenter de détruire le futur de ma petite fille [de 3 ans]. Annulation des règles écologistes, retour en arrière des droits des femmes sur leur corps, une économie qui tiendrait qu’à un fil… Une immigration revue sur des bases injustes, inhumaines et qui allaient meurtrir l’économie […] Nous avons décidé de sacrifier certaines choses pour vivre en France ou je sais que rien est rose. » 

Pour d’autres, c’est plutôt l’inverse, rester pour un jour participer plus activement, comme Célia*, aux US depuis 6 ans: « Ici je suis une invitée donc je respecte une certaine neutralité. J’espère que le pays va donner du travail aux gens du centre des USA qui semblent … perdus et seuls. […]. J’ai plus encore envie de demander la nationalité américaine pour pouvoir voter.« 

J’ai pas vraiment de conclusion malheureusement mais je suis contente d’avoir réaliser que je ne suis pas seule dans cette situation. Il n’y a plus qu’à avancer la tête haute en serrant un peu les fesses au cas où !

Allez, plus que 1167 jours 7 heures et 5 minutes…

Merci à tous ceux qui m’ont répondu !

As-tu entendu parler de Charlottesville? Comment ressens-tu ce qu’il s’y passe vue de France ou d’ailleurs?


 

Tu aimeras aussi...

47 commentaires

travel&run 28 août 2017 - 04:31

J’avoue que j’aurais du mal à vivre aux Etats-Unis. Mais des fois la France c’est pas beaucoup mieux malheureusement…

Répondre
Noemi 27 août 2017 - 10:12

Hello !
Super intéressant cet article et le point de vue « expat' » de la chose !
Et du coup, as tu pu aussi en discuter avec des américains directement ?
En tout cas, je dois avouer que de la France, je n’avais pas du tout suivi (j’étais en plein déménagement quand tout ça s’est passé). Et puis je me suis mis à jour
en allant lire les actualités (d’habitude je regarde tous les jours donc j’avais quelques infos à rattraper). Et là, j’ai eu un choc, les premières secondes, et je me suis dit que ce
genre de choses auraient été impensables sous Obama – et non ce n’est pas bisounours de dire ça. On sait très bien qu’il aurait fermement condamné les évènements.
Et puis , après le choc, la colère. Mais surtout, la colère envers le peuple américain lui même. J’adore les USA, j’adore les américains. J’ai toujours été une grande fan de leur culture et leur
manière d’être de manière générale. Mais ce qui arrive ne fait que confirmer : ILS ONT GRAVEMENT MERDÉ quand même – que cela soit au niveau de Trump et tout ce qui en découle.
Du coup, c’est surtout un sentiment d’impuissance comme tu l’as justement dit. Mais nous, on est loin, on ne peut rien faire. On a plus qu’à espérer que les américains vont se réveiller…
Profites bien de la suite de ton aventure en tout cas !
Noemi

Répondre
Sarah 27 août 2017 - 15:45

Salut, oui, comme je suis mariée et que je travaille dans une boite americaine, je parles avec beaucoup d’américains et le constat est le meme pour la plupart: c’est OUF!! Comment on en ai arrivé là. Je leur en veux e s’etre laissé avoir un peu mais on ne peut pas changer le passé! Il faut juste qu’ils se reveillent et qu’ils reprennent le controle.

Répondre
Lowentia 26 août 2017 - 15:57

Je suis à Berlin depuis deux mois maintenant alors j’ai un peu mis de côté les actualités. C’est la mère de ma famille d’accueil qui m’en a parlé mais elle m’a surtout dit qu’elle avait été sur le cul par rapport à la réaction de Trump… Et quand j’ai vu la vidéo :C’est n’importe quoi!
Et puis on est en 2017, même si on sait que le racisme existe on fait tout pour le condamner lui il fait quoi ?? En 2017, on voit encore ce genre de de chose. .. Je pense qu’un certain nombre de personnes ayant voté pour Trump commence à ouvrir les yeux avec un peu de retard. ..4 ans c’est long et on peut comprendre certains expatriés. .

En tout cas, bon courage à toi

Répondre
Sarah 27 août 2017 - 15:46

MErci et tu resumes exactement ce que je veux dire: bon c’est bon vous etes SURS que c’est un gros con maintenant, on peut commencer a se bouger??

Répondre
Nadia 26 août 2017 - 08:42

Je n’avais jamais pris le temps de chercher ce reportage dans son intégralité, je n’en avais vu que des bribes sur Twitter, merci de l’avoir partagé.
C’est d’une banalité affligeante ce que je vais dire mais je ne comprendrai jamais. Je sais que ça existe, mais ça me fout toujours une gifle. À quel moment tu pars en vrille comme ça !? Qu’est-ce que ça t’apporte ? À quel moment t’es devenu un gros con ?
Et Trump, m’a tête refuse encore d’y croire.
Je ne peux pas me mettre à ta place, mais je te souhaite bien du courage dans ta réflexion, ça doit foutre un sacré bordel dans le caillou tout ça :/

Répondre
Sarah 27 août 2017 - 15:51

Il y a un compte twitter qui dévoile les identités de certains mecs qui étaient au rassemblement. Il y en a un qui s’est fait répudier de sa famille qui est a l’opposé complet, c’est pour dire que parfois tu peux avoir une famille qui se tue à t’apprendre les bonnes manières, tu finis quand meme comme un gros raciste… INCOMPREHENSIBLE!!

Répondre
Dedey Hello 26 août 2017 - 07:11

Ton article est super, il explique biennal situation qu’on ne comprend pas toujours très bien depuis la France. En effet je ne pensait pas que le racisme était autant présent, je ne savais même pas que tous ces groupes de « néo-cons » existaient vraiment vraiment vraiment. C’est très choquant.
Tu as très bien fait d’écrire cet article, je ne m’intéresse pas beaucoup à la politique et je pense que les personnes comme moi pourront en apprendre beaucoup sur cette situation grâce à toi.
Le reportage que tu as inséré était très bien aussi (je n’ai pas tout compris mais j’ai réussi à déchiffrer le gros), j’étais tellement sous le choc que j’en ai pleurer au moment de la voiture, puis les réactions du white nationaliste, et tous ces gens (trump aussi) sont hallucinantes, c’est comme si c’étais normal pour eux.
Merci pour ton article, j’espère que ça ira pour toi, courage. Gros bisous

Répondre
Sarah 27 août 2017 - 15:53

Merci beaucoup, je suis contente que mon article t’ai apporté quelque chose, c’était l’objectif

Répondre
Glory 26 août 2017 - 06:50

J’ai bien évidemment entendu ce qu’il s’est passé là-bas, mais je n’ai pas du tout suivi le pourquoi du comment. Ton article est donc le bienvenue et je comprends mieux ce qu’il s’est passé. C’est sûr qu’en tant qu’expatrié ça ne doit pas être facile tous les jours, surtout sous la houlette de Trump…

Répondre
Sarah 27 août 2017 - 15:54

Tant mieux, il faut que tout le monde sache a quel point c’est le bordel haha

Répondre
Ena 26 août 2017 - 04:30

C’est un super article! Je trouve ça vraiment important de communiquer là-dessus, d’en parler…Je comprends vraiment ta réticence à élever des enfants, à construire quelque chose dans un pays avec Trump comme président…Je suis atterrée qu’un tel gars puisse gouverner. C’est vrai que le racisme (purée, on en est encore là, c’est dramatique!) est vraiment décomplexé, assumé aux Etats-Unis, et malheureusement je trouve qu’en France ça se libère aussi (ben Lepen au second tour quoi…je pense pas que j’aurais supporté!!).

Répondre
Sarah 27 août 2017 - 15:55

Oui la difference c’est qu’en France au moins c’est illegal! Ici, non non Premier Amendement sans limite! C’est la qu’on voit les derives du no-limit…

Répondre
Charline 26 août 2017 - 04:04

Tu viens de m’informer d’une chose dont je n’étais pas au courant 😮 les vidéos sont absolument choquante ! Je comprend tout à fait ton sentiment d’impuissance. Ton article est à partager en masse selon moi !

Répondre
Sarah 27 août 2017 - 15:55

Merci beaucoup!

Répondre
Anaïs 26 août 2017 - 03:52

Un très bon article qui explique bien la situation. C’est honteux qu’il y ai encore énormément de racisme. Dans quel monde vit-on ? Espérons que cela cesse un jour.

Répondre
Sarah 27 août 2017 - 15:56

Merci beaucoup!

Répondre
Jackie Brown 26 août 2017 - 00:25

Bravo pour ton article. J’hésite toujours à en écrire un parce que je ne veux pas être comme eux, mais je sais que je n’ai rien de bon à dire.

Répondre
Sarah 27 août 2017 - 16:00

Comme tu le vois sur mon blog j’evite la politique au maximum mais pour le coup, je ne me sentais pas honnete de ne pas ecrire dessus vu la maniere dont ca m’affecte. Et vu les reponses a mon article je suis contente de l’avoir fait, ne serait-ce que pour informer les gens qui n’était pas au courant!

Répondre
Trysha 25 août 2017 - 23:52

Les néo-cons comme tu les appelles (ce qui est totalement vrai) ont porté Trump le chef des cons au pouvoir. Sa réaction quand il revient sur ses positions ne m’a pas du tout étonné. Cet homme est une vrai catastrophe que ce soit pour son pays et même pour le monde. Et dire qu’il lui reste encore plus de 3 ans à faire en tant que président. Face palm

Répondre
Sarah 27 août 2017 - 16:00

Uggghhh je vais avoir besoin de beaucoup de vin…

Répondre
Marie 25 août 2017 - 21:08

Bel article! Je me suis mise plusieurs fois à votre place… Je suis expat au Canada pour ma part et nous revenons d’une semaine dans le Maine et le simple fait de passer la douane et de voir sa photo affichée dans poste de douane m’est difficile à supporter… Bon courage!!

Répondre
Sarah 27 août 2017 - 16:01

Merci… Vous avez de la chance vous avec Trudeau…

Répondre
Marie 27 août 2017 - 18:22

Rien n’est parfait! Il est certain que comparé à vous, on a beaucoup, mais alors beaucoup de chance 🙂 Bon courage et fais ce que tu penses être le mieux pour toi!

Répondre
Mary 25 août 2017 - 18:42

Hello !
J’étais à l’étranger quand les émeutes à Charlottesville, je n’en ai pas entendu énormément parler car je n’étais pas vraiment sur les réseaux sociaux. Quand je suis revenue, j’étais un peu perdue mais ça m’a énormément choqué. Ces personnes néo-nazis me dégoûtent profondément. Trump n’en parlons même pas. C’est un désastre cet homme. Si seulement il pouvait être retiré, ou qu’il quitte de lui même son mandat. Mais ça serait bien trop beau… J’espère qu’un nouveau président ou présidente sera élu(e) en 2020 et pourra rattraper toutes les conneries qu’il fait..

Répondre
Sarah 27 août 2017 - 16:02

Je ne desespere pas de le voir degager…

Répondre
Kristin 25 août 2017 - 16:41

Wow, super intéressant comme article. J’ai vu un reportage à ce sujet le mois dernier d’ailleurs ! Personnellement je trouve ça hallucinant on croirait à un retour en arrière ! J’ai une copine qui a habité aux US et y retourne souvent et nous raconte ce qui s’y dit !

Répondre
HappyNewMom (Véro) 25 août 2017 - 16:41

Choqué, mais malheureusement previsible avec le président à la tête des Etats Unis !
Quoi dire de plus que ton article ?!

Répondre
Sarah 27 août 2017 - 16:03

Peut-etre que les gens se reveilleront enfin?

Répondre
Sandra 24 août 2017 - 09:16

C’est triste à dire mais je ne suis pas surprise par cet événement. L’Etat de la Virginie compte plusieurs membres du KKK et c’est également le cas en Caroline du Sud. D’ailleurs en 2015, pendant que Barack Obama était président, il y a eu un affrontement similaire –>https://www.nbcnews.com/storyline/confederate-flag-furor/kkk-rallies-south-carolina-statehouse-defense-confederate-flag-n394631.
Mais, puisqu’il n’y avait pas de mort, ça n’a pas suscité beaucoup d’effroi au sein de la société.
Que Trump soit au pouvoir ou pas, les racistes aux Etats-Unis sont très décomplexés et n’ont pas peur de l’être ouvertement.
Mais dis-moi , est-ce que t’as envie de quitter les USA? tu vas aller où si tu pars? Qui va nous donner des infos sur Philadelphie ???

Répondre
Sarah 24 août 2017 - 16:55

Je pense que comme bcp le dise, la surprise reside surtout dans la position de trucs. Les Nazis et le KKK sont toujours presents mais ils ne grandissent que si les voix « de force » refusent de les denoncer…

Répondre
Stel 24 août 2017 - 05:26

Ton article est très intéressant et est tout à fait en accord avec mon ressenti. Nous avons été expatrié aux Emirats Arabes Unis (à Dubaï) et nous avons constaté un changement de la parole en rentrant en France. Les propos racistes sont de plus en plus nombreux et l’ouverture aux autres est devenu plus rare.
Je suis l’actualité outre atlantique via différents médias et entre autre les médias canadiens. Nous avons été stupéfaits de voir l’élection de D. Trump (après tous les propos qu’il a pu tenir entre autre) et si nous gardions la porte ouverte pour aller vivre aux USA, aujourd’hui je ne veux plus y aller, Pas dans ces conditions en tout cas. Je vais même plus loin, l’idée d’aller même y passer quelques jours me tente moins. Je sais que tous les américains ne sont pas à l’image de ces extrémistes ou de D. Trump mais cela fait s’interroger sur ce que l’on veut dans la vie.
Moi aussi, je me suis dit que si M. Le Pen était élue, je quitterai la France. Je vis dans une région où l’extrême droite est forte et je sais que je vais partir. Je veux aller ailleurs car c’est flippant de penser que 6 personnes sur 10 que je croise ont voté pour elle (sans compter ceux qui ne se sont pas opposés et on laissé faire).
Je suis née dans les années 70, j’ai grandi avec SOS Racisme, on se mobilisait pour lutter contre la faim en Afrique etc… je pensais que l’on avait évolué mais je constate avec stupéfaction que tout cela est si fragile. Je garde espoir et me dit que tout est comme un balancier, lorsque l’on aura atteint l’extrême, on reviendra vers la normalité…

Répondre
Sarah 24 août 2017 - 16:53

C’est un peu le paradoxe de la tolerance. c’est tres fragile la liberte…

Répondre
bibliblog 24 août 2017 - 03:17

Merci pour cet article fort intéressant. J’avais justement vu la vidéo de Vice la semaine dernière qui m’avait profondément choquée. Les membres du KKK (comment un tel groupuscule peut-il être autorisé, peut-il manifester quand il promeut la haine, la violence etc. ?) et de l’alt-right ont tendance à oublier que bien avant les WASP, il y avait d’autres Américains que les blancs ont massacrés presque jusqu’au dernier et que ces Indiens d’Amérique n’étaient ni blancs, ni catholiques… Si ces décérébrés relisaient leurs cours d’histoire ils sauraient qu’eux-mêmes auraient donc pu être victimes de ce qu’ils font subir aux noirs, aux juifs, etc. Et je ne parle même pas des femmes (d’ailleurs le reportage ne montre aucune femme dans les rangs du KKK et de l’alt -right qui sont des groupes phallocrates et machistes)… Mais la bêtise et l’ignorance sont aveugles et hélas bien répandues. Il est d’ailleurs choquant que l’on dise « afro-américain », en France, on ne dit pas « afro-français », on est français ou pas, point.
Moi-même expatriée (mais pas aux USA), je m’étais dit que si le FN passait, je ne rentrerais pas en France tant que MLP serait en poste. Je comprends très bien ton interrogation quant au fait de rentrer ou pas avec un tel énergumène au pouvoir dans ton pays d’adoption…

Répondre
Sandra 24 août 2017 - 08:06

Même si le terme afro-français n’est pas couramment utilisé, il n’empêche qu’ à l’heure actuelle en France, les noirs français ne sont toujours pas vus et considérés comme de vrais français par certains. Mais bon, c’est un autre débat.

Répondre
bibliblog 24 août 2017 - 17:01

Oh je sais bien, hélas, que certains ne considèrent pas les gens comme de vrais français s’ils sont noirs… ou juif, …ou homo, ou… différent d’eux, quoi ! 😉

Répondre
Sarah 24 août 2017 - 16:52

Ah mais l’histoire et les extrémistes on sait bien que ca fait deux!! Et par contre oui il y avait des femmes, il y avait une autre video ou on pouvait entendre des femmes crier des choses plutôt horribles dont le fameux n-word… Il n’y a pas que les hommes qui sont touches par l’abrutissement…

Répondre
bibliblog 24 août 2017 - 16:58

Rhooo ! Si les femmes ne sont pas épargnées par cette idéologie, c’est encore pire que ce que j’imaginais !…

Répondre
Carrie 24 août 2017 - 01:41

Et en Gb c’est exactement pareil mais déjà a une vitesse supérieure malheureusement; on veut carrément deporter! oui ce mot la les européens (les gens du Continent ..) hors Gb….
Tout dépend de la région ou tu vis mais une amie française, vivant depuis plus de 15 ans en Gb a reçu des insultes, ses enfants ne sont invites aux b’dal parties 🙁
L’Angleterre aux anglais, sans parler des papiers que tu dis remplir pour rester en Gb. Et ce que tu sois marie a un anglais ou pas. La £ n’arrête pas de diminuer, les produits importes dans les supermaches sont chers, voir absents car les supermarchés ne veulent pas perdre leur marge de bénéfice… bref une vraie catastrophe :/
On fait marche arrière avec Trump et T.May; que c’est triste tout ça .

Répondre
Sarah 24 août 2017 - 16:49

Et bien tu vois j’avais complètement oublie la GB… Ca sent le sapin chez vous aussi c’est vrai mais je ne pensais pas a ce point!

Répondre
Anthony 23 août 2017 - 23:33

Super article, lucide et intéressant! Continue! Habitant a Chicago depuis 4 ans,toute la ville dit surprise de son élection.
Espérons que ça change dans 4 ans pour le meilleur, politique nationale et internationale.

Répondre
Sarah 24 août 2017 - 16:48

Merci et oui espérons très fort…

Répondre
Pauline 23 août 2017 - 21:18

Merci ! Quand je vois le groupe Facebook et ce que disent les gens dessus, je me pose de vraies questions: est-ce qu’on vit tous dans le même pays? Moi aussi je remets en question mon expatriation, on dit toujours avec mon mari que merde, à la fin, les Etats Unis de 2017 c’est plus les mêmes qu’en 2010 quand je suis arrivée.

Répondre
Sarah 24 août 2017 - 16:47

Ceux qui ne s’inquietent pas m’inquiete haha

Répondre
Lna 23 août 2017 - 18:45

Article très intéressant! J’étais en vacances en France lors de Charlottesville du coup je n’avais pas suivi tout ce qui s’était passé. Ces 2 vidéos m’ont choqué… Depuis son élection, je ne peux imaginer que Trump finisse son mandat. Si il le finit, dans quel état va t’il laisser les USA? 😔 Cet événement en particulier ne me fait pas remettre en cause mon retour mais ce sont plutot un ensemble d’événements qui me font réfléchir (interdiction d’avorter dans certains états, couverture maladie, écologie…) Lors des élections en France je m’étais dit que si Le Pen était élue alors je ne rentrerais pas en France avant 2022, heureusement nous avons eu la présence d’esprit d’eviter la catastrophe. La France est j’espère en ascension pour ces 5 prochaines années alors oui je me pose la question de rentrer…

Répondre
Sarah 24 août 2017 - 16:47

J’avais fait le meme calcul ^^ C’est perdu d’un cote mais on croise les doigts…

Répondre

Laisser un commentaire