Accueil Procédures et Travail Comment j’ai trouvé un stage et un travail aux Etats-Unis

Comment j’ai trouvé un stage et un travail aux Etats-Unis

écrit par Sarah 13 novembre 2013
Skyline Philadelphie

Je sais que j’ai un onglet qui explique mon parcours mais de tous les emails que je reçois c’est la question qui revient le plus souvent: comment as-tu fait pour travailler aux USA? C’est vrai que j’ai jamais vraiment expliqué comment j’en suis arrivé là d’une manière plus précise.

philadelphie skyline
Visit Philly

C’est bon t’as gagné, j’ai compris que tu t’en carre de quand je suis arrivé mais tu veux plutôt savoir comment j’y suis arrivé. Par contre, t’as perdu parce que tu vas avoir droit à un pavé !

Dans mon école on a de nombreux anciens ou d’intervenants aux Etats-Unis et pas mal d’entres eux viennent nous raconter leur parcours. Il y a une chose que je trouve qu’ils ne nous ont jamais assez répété ou mis en valeur c’est que trouver un stage/un travail ou immigrer aux Etats-Unis ce n’est pas facile ! Honnêtement tu t’en doutes un peu mais j’aimerais bien que ce soit un petit plus accentué.

Pour travailler ici sors- toi de la tête que :

    • Les Français sur place peuvent t’aider à trouver des stages à la pelle :

Réseauter c’est super bien quand c’est bien fait, oublier que ces personnes ont galéré pour être là où elles en sont c’est insultant. Les personnes de mon réseau que j’ai consultées ne m’ont pas forcement aider à trouver un stage mais elles m’ont toutes apportées quelque chose : un nom, une revue de mon CV, de l’aide à la traduction, de l’aide à préparer les entretiens… Si quelqu’un de ton réseau te répond que son entreprise ne recrute pas, demande lui des conseils pour ton CV ou tes entretiens et les différences entre les entretiens français ou américain. Envoie pas ton CV sans mettre de la vaseline avant !

Aussi ici, quand on pistonne, on ne dit pas : mon cousin a besoin d’un travail, vous pouvez le dépanner?

Quand on pistonne, on met sa réputation en jeu. On vend son candidat. La plupart du temps, il y a une prime derrière s’il est embauché et reste au moins 90 jours. Ça la fout super mal si le mec que t’a recommandé est une loque qui n’est pas performante. Quand tu es pistonné, tu dois avant tout impressionner ton pistonneur.

  • Les entreprises françaises te favoriseront par rapport à un candidat local

Ici ça parle anglais dans les bureaux. Si t’as des collègues français, cool pour toi mais n’oublie pas que il faut vendre ton français en tant qu’atout pas en tant qu’acquis. Aussi, te faire venir, ça va surement leur coûter du pognon et donc s’ils peuvent trouver un mec qui a déjà une Green Card et qui parle français et anglais parfaitement, qui est un level manager et qui peut rester plus longtemps si besoin, ils le choisiront lui.

Trouver un stage aux USA

J’ai fait une école de commerce Bac+5 et en fin d’étude on doit effectuer un stage de 6 mois. Si t’as bien suivi tu sais que j’ai rencontré Mr Mine quelques mois avant de commencer ce stage donc j’étais plutôt orientée US et surtout région de Philadelphie.

Pour trouver une stage aux USA, il n’y a pas de secret: il faut chercher!

PARTOUT

L’endroit où on t’accepte c’est l’endroit pour lequel tu fais ta valise. New York, San Francisco et Los Angeles, c’est super joli mais tout le monde le sait donc garde l’esprit ouvert et postule autre part aussi.

Je suis quelqu’un d’assez têtue et coriace donc je savais que chercher un stage aux USA ça n’allait pas être facile d’autant plus que je cherchais dans une région et même une ville spécifique. Triple difficulté: Pays>Région>Ville. New York même si très près de Philadelphie n’était pas une option. Aucun intérêt pour moi de venir en stage pour me rapprocher de mon chéri si c’était pour ne pas être dans la même ville. Si tu es coriace et que tu es fixé sur une région comme moi, sache que ce sera plus dur.

J’ai envoyé une centaine de CV, postulé à toutes les offres sur les site des entreprises que je ciblais et reçu de nombreux refus. J’ai eu de l’aide de mon réseau mais honnêtement je pense que la plupart ne savent pas vraiment comment expliquer la situation des visas à ceux à qui ils transmettent mon CV. Par contre, ils m’ont beaucoup aidé à me mettre à la page américaine : CV et lettre de motivation entre autres. Les chambres de commerce sont aussi très utiles!

FACC Philadelphie

La plupart de mes réponses encourageantes sont venus de mes candidatures spontanées ! Et puis ça, pas de miracle, il faut recréer et adapter son CV/lettre de motivation à chaque fois et c’est SUPER RELOU ! On tape au pif si on a pas d’adresse email. Je me suis servi de LinkedIn et de ses groupes de français aux Etats-Unis et notamment cette page qui recense toutes les entreprises du réseau par industrie et région. UNE MINE D’OR que je te donne gratos.

https://www.linkedin.com/directory/companies/

C’est comme ça que j’ai trouvé mon stage. J’ai été sur les sites de TOUTES les entreprises dans mon industrie (Transport et Supply Chain) sur Philadelphie et ça m’a pris 5 jours entiers pour envoyer des emails à chacune.

Le visa

Le visa correspondant est le visa J-1 Intern (attention le J-1 TRAINEE a d’autres conditions et restrictions). Sur Parenthèse Paris, organisme qui s’est occupé de mon visa, tu trouveras tout ce que tu dois savoir sur ce visa (période, durée, extension, répétition de stage, coût etc.).

Pour la petite histoire, le premier J-1 je l’ai payé toute seule (merci PAPA en fait !) et le deuxième c’est mon entreprise qui me l’a payé.

Ils donnent également d’excellents conseils pour la recherche de stage et l’envoi de candidature. Par exemple, on n’envoie JAMAIS la lettre de motivation en tant que pièce jointe mais en tant que corps du mail ! Sur le même thème, je te conseille de virer un des paragraphes non important de ta lettre de motivation (le deuxième ou le dernier je dirais) et de mettre ce paragraphe afin de diffuser la situation du visa dès le début :

  • In regards to my legal eligibility to train with your organization, I would be participating in the J-1 Visa Internship USA program, sponsored by the Council on International Educational Exchange [CIEE]. (www.ciee.org)

    As my sponsor, CIEE is authorized by the U.S. government to issue the necessary documentation for me to obtain a J-1 visa, which allows me to train legally in the U.S for up to 12 months. I will also arrive with my sponsor provided, full coverage health insurance. Please see the following link for the details of this private health insurance: http://www.ciee.org/insurance/

    J-1 Visa participants are exempt from the following taxes :

    • Social Security Taxes (FICA)
    • Federal Unemployment Taxes (FUTA)
    Further information on tax exemptions in the J-1 program can be found on CIEE’s website: http://www.ciee.org/hire/intern/hosting/index.aspx

    By participating in the J-1 Visa program, you will be contributing to the United States’ cultural exchange and public diplomacy policies and will benefit from the support of CIEE for the duration of the internship.

Ou tu peux utiliser tout le modèle ici.

Trouver du travail

Pour ceux qui travaillent déjà, la première étape est de se renseigner en interne sur les opportunités d’expatriation. C’est la voie la plus rapide et simple.

Pour les autres comme moi (à savoir les jeunes diplômés) mêmes étapes de recherche qu’au dessus en plus dur. Le visa H1-B coûte en moyenne $5000 à l’entreprise et il y a des deadlines et quotas à respecter. Pour rappel, j’avais parlé de ce visa dans ces deux articles.

Le fait de faire mon stage dans cette entreprise leur a permis de voir ma valeur pendant 12 mois et ça leur a paru justifié de dépenser le coût du visa H1-B pour pouvoir me garder après.

Je conseille donc toujours aux plus jeunes d’entre vous qui me pose la question de commencer par un stage ! Il n’y a rien de mieux pour faire passer la pilule des $5000 de visa H1-B que de leur montrer ce que tu vaux avant, quand les frais de J-1 Intern sont deux fois moins chers.

Le stage, c’est le pied dans la porte, à toi d’y passer la tête ensuite.

Tu aimeras aussi...